You are here

DE L’AVORTEMENT A LA FECONDATION IN VITRO : DEBAT AUTOUR DE L’IDENTITE DE L’EMBRYON HUMAIN

Haifa M. SALAM

 

Univ.

E.H.E.S.S. (Paris VI)

Spéc.

Sociologie

Dip.

Année

#Pages

D.N.R.

1998

350

 

 La fécondation in vitro et transfert (FIVETE) intervient pour répondre à une cause légitime en soi, celle de la stérilité d’un couple. Mais celle-ci crée des situations inédites qui, par l’annulation de l’acte sexuel, par l’extériorisation de la conception et par le brouillage de la filiation qu’elle opère , interroge les spécialistes . Au delà de la technique, se pose la question de la nature de l’embryon humain in vitro qu’elle produit en surnombre. Cette question, reposée aujourd’hui avec beaucoup d’acuité dans notre société , sous forme de débat public, est générée donc à partir des nouvelles techniques de reproduction tant celles-ci bouleversent nos normes et nos repères quant à l’engendrement, quant à la procréation.

 En effet, les embryons surnuméraires issus de FIVETE, parce qu’ils n’intègrent plus le projet parental pour lequel ils sont été produits, posent le problème de leur sort et rétrospectivement de leur identité . Que doit faire la société de ces embryons surnuméraires, stockés, congelés dans l’azote liquide ?  Les donner à un autre couple stérile, autoriser que soient pratiquer des recherches sur eux ou les détruire ? En découle des choix à faire , une attitude à adopter et une définition à accorder à l’embryon humain. Qu’est ce qu’un embryon humain ? Est-il une personne ou un objet ? Ces questions interpellent les spécialistes et les impliquent simultanément . Et l’on voit l’extraordinaire enchevêtrement des enjeux en présence allant jusqu’à créer des situations inconciliables voire conflictuelles. Ces enjeux, à l’appui desquels sont invoqués des arguments ayant tous une logique interne, se situent à plusieurs niveaux: scientifique, économique, éthique, politique et juridique.

 Cette recherche se propose de cerner le débat qui a lieu au sein de notre société au sujet de l’embryon humain par l’examen de deux pratiques qui le touchent directement : l’avortement et la FIVETE. La première partie est consacrée à l’analyse des témoignages et des expériences personnelles, individuelles des femmes, concernées en premier chef parce qu’elles ont été confrontées à l’une ou à l’autre pratique. A la question : “qu’est-ce qu’un embryon ?” adressée à une femme, la réponse ne découle , ni d’une idéologie ni d’une position théorique mais d’un vécu, d’un rapport humain entre celle-ci et son “embryon” . Dans le cas de l’avortement comme dans le cas de la VIVETE , c’est la femme qui exprime une demande, c’est à elle que revient la décision de porter ou non un enfant, même si le principe qui conduit à l’un : “le non désire d’enfant” est radicalement opposé à celui qui œuvre dans l’autre à savoir “le désir d’enfant” voire “l’enfant à tout prix” .

 En deuxième partie de cette recherche sont étudiés les principaux courants de pensée et positions scientifiques et philosophiques , aussi divers et divergents soient-ils, qui pèsent dans le débat.

La société exprime son désarroi face à des techniques nouvelles et à leurs utilisations certes, mais aussi et peut-être surtout face aux discordances nouvelles quant aux éthiques et aux philosophies de la vie. L’absence de consensus à ce sujet a révélé une autre divergence concernant des anciennes certitudes qui, aujourd’hui remises en question, nécessitent un éclaircissement à savoir : qu’est-ce qu’une personne ? Quand commence la vie humaine ? Quelle attitude, en accord avec la démarche éthique, la société doit-elle adopter vis à vis de l’embryon L’éthique est saisie afin de nous aider à discerner le meilleur choix, à inventer les comportements justes, appropriés à l’embryon humain.

Le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) s’est prononcé sur la question en recommandant de considérer, dès la fécondation, l’embryon ou le fœtus comme une “personne humaine potentielle” . Que signifie “potentiel?” Cet adjectif, attribué à la personne pour définir l’embryon, marque-t-il une nette distinction entre la personne réelle et la vie qui commence, ou entre celle-ci et la chose ? Cette définition accorde-t-elle des prérogatives à l’embryon ? .

D’autres questions d’ordre juridique surgissent aussi. L’embryon a-t-il droit à la personnalité juridique et à la protection de la loi ? La loi, selon l’article premier de la loi Veil de 1975, garantit le respect de la vie dès son commencement. Mais la loi en question autorise aussi l’avortement, sous certaines conditions. Quel sens la loi donne-t-elle à ce respect ? Comment ce respect est-il compatible avec l’acte d’IVG ? La loi de bioéthique qui encadre et trace des limites quant à la possibilité de l’intervention de l’homme sur la vie commençante, congelée, maintenue in vitro hors du lien maternel, a-t-elle institué un respect à l’embryon ? Dans quelle mesure la loi de 1994 sur la bioéthique a-t-elle innové, concernant la procréation en général et l’embryon humain en particulier, par rapport à celle qui l’a précédée : la loi sur l’avortement ? La loi de 1994 n’est-elle pas l’expression de la volonté du législateur de dissocier la question de l’embryon in vitro de celle liée à l’embryon in utero ? N’est-elle pas l’exemple d’une adaptation de la loi à des exigences nouvelles nées des progrès de la science médicale, de l’évolution des mœurs de notre société multiculturelle ? .

The Founder

Rafik Hariri philanthropic and developmental contributions are countless. The most remarkable being the multifaceted support to educate more than 36,000 Lebanese university students within Lebanon, and beyond.

Rafik Hariri philanthropic and developmental contributions are countless. The most remarkable being the multifaceted support to educate more than 36,000 Lebanese university students within Lebanon, and beyond.

Rafik Hariri philanthropic and developmental contributions are countless. The most remarkable being the multifaceted support to educate more than 36,000 Lebanese university students within Lebanon, and beyond.

Former Remarkable Events

March 21, 2019
«Observatory of Arabic Languages and its Sisters in a year»
February 08, 2019
“Public welfare and young generations”.
November 30, 2018
The Impact of Frontiers Technologies on Education and Youth
February 16, 2018
Observatory of Arabic languages ​​and sisters
February 08, 2018
" Education and Peace building”.